À la rue, la Maison des jeunes de Saint-Germain demande de l’aide

Saint-Germain-de-Grantham, le 13 juillet 2021 – Contrainte de déménager puisque l’immeuble municipal qu’elle occupe n’est plus sécuritaire, la Maison des jeunes de Saint-Germain-de-Grantham doit trouver une solution pour continuer d’aider les jeunes. Elle demande donc l’aide de la communauté. L’organisme sans but lucratif vient d’acquérir le Salon funéraire Yves Houle et lance du même coup une campagne de financement pour amasser 150 000$.

« La Maison des jeunes était située au sous-sol de l’hôtel de Ville de 1999 à 2009. Nous sommes maintenant sous la salle municipale depuis 2009, où nous avons investi un peu plus de 40 000$. C’est compliqué de déménager pour une maison de jeunes, car nous devons absolument trouver un site communautaire. À Saint-Germain, il n’y pas beaucoup de possibilités. Après quelques recherches, un conseiller municipal nous a suggéré le local parfait : le Salon funéraire Yves Houle qui n’était plus très vivant. Le lieu est central, près des écoles primaires. C’est parfait, car beaucoup d’élèves utilisent nos services le midi, mentionne le coordonnateur Robert V. Huberdeault.

Rénovations

Pour l’équipe de la Maison des jeunes, il était primordial de devenir propriétaire afin de s’implanter définitivement. L’immeuble du Salon funéraire répond à tous les besoins. « La salle d’exposition à aire ouverte facilitera grandement l’aménagement. Le terrain aussi est fort intéressant. Nous allons y aménager à moyen terme une terrasse extérieure 3 saisons, un espace de rangement et un terrain de basketball.

Besoin de 110 000$

Le projet dans son ensemble s’élève à environ 400 000$. « Nous avons déjà recueilli plus de 40 000$, notamment grâce à la Caisse des Chênes et le Fonds de la ruralité. Nous sommes en discussion avec la Municipalité pour savoir à quelle hauteur ils pourront nous aider. Nous allons également pouvoir récupérer certains matériaux, ce qui est une excellente nouvelle. D’ici la fin de l’été, nous espérons amasser 50 000$ au sein de la communauté pour financer la première phase des travaux qui s’élève à 110 000$ », souligne Robert V. Huberdeault.

Impliquer les jeunes

« Une maison des jeunes c’est un milieu « pour et par les jeunes ». Nous souhaitons donc les impliquer dans toutes les phases du projet. Ils pourront participer à la démolition et à la récupération des matériaux. Nous allons leur apprendre à travailler. J’aimerais les équiper et demander à une compagnie de superviser les travaux. Ils pourront nous aider à enlever le tapis et défaire les murs. Ils vont découvrir que ça ne se fait pas à coups de masse comme on voit à la télé.

Malheureusement, nous ne pourrons pas les impliquer dans la construction, car ça doit être fait par des quarts de métiers reconnus », précise le coordonnateur.

Ouvert pendant les travaux

« Pendant les travaux, notre local sera séparé en deux pour continuer l’animation et les interventions. Actuellement, entre 12 et 15 jeunes fréquentent la Maison des jeunes six jours par semaine. Nous voulons vraiment éviter de fermer. Avec la COVID, les jeunes ont besoin de venir nous voir plus qu’avant. Ces 4 semaines de travaux sont importantes pour eux.

Nous sommes en attente des soumissions des entrepreneurs et les demandes de permis sont en cours. Dès que nous pourrons, nous allons commencer. Notre objectif, c’est de terminer en octobre », conclut Robert V. Huberdeault.

– 30 –

Information et gestion des entrevues :
Catherine Fagnan
FAGNAN relations publiques
819 473-4184 | cfagnan@fagnan.ca
Source :
Robert V. Huberdeault
Coordonnateur de la Maison des jeunes de Saint-Germain-de-Grantham